Comment Devenir Ghost Writer en 5 Etapes Simples

Vous êtes ici pour une seule raison :  Vous voulez une réponse toute faite à la question “comment devenir un ghost writer ?”. 

Parce que lorsque l’on veut se lancer dans le ghostwriting, on ne sait pas où donner de la tête. Internet est une forêt d’informations sans fin. De pile des réponses, laquelle tient la route ? 

Des questions du genre : Suis-je assez bon pour cela? Par quoi commencer ? Tout ca pour quel salaire? Quand démarrer? Avec quoi en background ? 

Si vous ne trouvez pas la lumière sur toutes ces questions dès le départ, vous subirez l’effet dans un proche avenir.

Heureusement, vous avez cliqué sur cet article. Il vise un seul objectif : vous donner le guide en 5 étapes pour sortir de votre état actuel et devenir un ghost writer futé. L’intérêt : être bon comme ghost writer vous donne le pouvoir de facturer vos prestations plus cher.

En un mot : vous sortirez outillé et prêt pour vous lancer comme rédacteur fantôme.

Récupérez votre guide en 7 marches pour gagner votre vie grâce à votre plume (sans buter)

Voici le guide !

#1 – Comprendre le métier du ghost writer et ses enjeux

Pour commencer, ghostwriter signifie rédacteur fantôme. Comprenez : quelqu’un qui rédige du contenu pour les autres, qui accomplit des merveilles tout en restant dans l’ombre. Non pas parce qu’il a la flemme de s’afficher en public. Mais par choix réfléchis. 

Voici un exemple qui colle bien…

Vous voulez générer du revenu en parallèle de votre emploi sans laisser d’empreintes sur internet. De cette façon, quand votre patron tape votre nom sur le moteur de recherche, Google lui sort une belle page muette à propos de vous. A ses yeux, vous passez pour un salarié fidèle.

Un ghost writer travaille pour les autres.

En d’autres termes, il crée du contenu dont quelqu’un d’autre se réclame l’auteur. Sur la liste des accusés, on note Will Smith, Dwayne Johnson, Jennifer Lopez et les autres… Des grosses pointures ! Vous voyez.

Certainement, vous ne deviendrez pas le ghost writer de Dwayne Johnson de si tôt. 

Par contre, voici une liste de missions qui vous attendent comme ghost writer : rédiger des livres, articles de blog, script des vidéos YouTube, newsletters, webinaires, sketchs, des chansons, posts sur les réseaux sociaux … pour le compte des dirigeants des entreprises. 

Le but : aider ces entrepreneurs à construire leur crédibilité, leur autorité en ligne pour une meilleure image auprès de leur cible.

En situation réelle, une mission de ghostwriting comporte une phase d’échange avec le client pour pénétrer son monde, comprendre son souci et son objectif ; continue avec cette de définition d’un plan de création de contenu sur 1 mois, 2 mois, 3 mois ou plus; pour se terminer par cette de livraison : création des contenus pour son compte.

Et tout cela pour quel salaire ?

Le salaire du ghostwriter dépend de plusieurs facteurs comme sa compétence, son expérience, son anciennement, son autorité, les avis clients.

Par exemple, comme débutant, vous n’allez pas facturer 3000 euros par mois à un client comme le ferait un ghostwriter déjà établi. 

Cependant, voici 2 stats impressionnants à propos de salaire de ghostwriter :

Un : Anthony J James, le CEO de Trinity Consulting, un influenceur sur LinkedIn paye ses ghostwriters 800$ pour un article entre 800 et 1200 mots. Voici la source pour vérifier.

Deux : Livementor, dans cet article, avance 20 000€ à 70 000€ annuels.

Le ghost Writer travaille habituellement comme copywriter freelance parce que cela procure de l’indépendance. 

Un autre avantage : le ghostwriter choisit les types de mission qui le font vibrer.

Par exemple, j’ai vu des ghostwriters qui acceptent uniquement la création de posts LinkedIn, des ghostwriters qui refusent d’autres types de missions.

Cela signifie : devenir ghost writer rime avec choisir les types de clients, types de prestations, votre horaire de travail, le nombre de missions mensuelles…

Et pour terminer, 

Ghost writer, c’est aussi de la responsabilité.

La responsabilité du genre

  • Rédiger de façon correcte. Et pour vous encourager, personne ne naît avec cette compétence. Vous pouvez l’acquérir par la lecture de tout genre : livres, cinéma, vidéos YouTube, podcasts, blogs… 
  • S’aligner avec l’objectif et les attentes de votre client. C’est tout l’intérêt d’échanger avec lui avant de signer.
  • Comprendre le sujet, vous ressourcer au maximum pour produire un contenu qui fait vibrer votre client et qui fait coller ses lecteurs.
  • Respecter l’échéance pour chaque mission au risque de froisser votre client.
  • Précision et concision dans votre échange avec le client. Cela aide à obtenir les meilleures orientations et d’harmoniser les vues sur chaque étape d’exécution de la mission.

Arrêtons ici avec cette première étape pour passer à la suivante.

#2 – Répertorier les compétences pour devenir ghostwriter futé

comment devenir ghost writer

Eh oui, on va éviter de naviguer à vue. Parce que le résultat est fatal. Cette courte phrase donne une idée de la gravité de la situation : “celui qui oublie de se préparer prépare son échec”. Pour info, je viens tout juste de la créer.

Vous détestez l’échec ? Alors nous sommes deux.

Maintenant votre situation ressemble à ceci : vous êtes au point A, avec un désir ardent de devenir ghostwriter. Vous rêvez d’accomplir des merveilles dans la vie des gens. Vous savez que réussir cette transformation vous ouvrira la voie vers une vie confortable, pleine de liberté, et remplie de vibrations.

Sauf que votre esprit paraît vide.

Devant vous, une feuille vierge. Vous ne savez pas quelles compétences acquérir en plus de celles que vous possédez déjà.

Calmez-vous! Parce que vous remplirez cette feuille avec les compétences ci-après : 

  • Une grammaire impeccable parce que vous restez responsable du respect des règles élémentaires de l’orthographe et de la grammaire. Votre client se débarrassera de vous si vous lui sortez du texte qui nuisent à son statut.
  • Un esprit d’écoute : une compétence rare. Si vous l’intégrez, vous gagnez une place de premier plan dans l’écosystème de votre client. Parce que cela se traduira par du travail bien fait, une rédaction irréprochable au niveau du fonds.
  • Adaptabilité pour s’infiltrer dans les bottes du client. Rappelez-vous, il est l’auteur. Cela signifie vous utiliserez un vocabulaire adapté à sa cible, des mots qui raisonnent avec sa personne.
  • Storytelling parce que les lecteurs restent généralement scotchés au contenu qui raconte une aventure. Pour preuve, vous avez certainement oublié les questions du dernier examen que vous avez passé à l’école. Qu’en est-il alors de la fable de la fontaine : le corbeau et le renard ? Vous voyez ? Les histoires se retiennent plus facilement. Et pour un ghostwriter, c’est une compétence obligatoire.
  • Le copywriting. Eh oui. Souvenez-vous d’une chose : votre contenu doit plaire à votre client ou à son audience. Disons que vous utiliserez les mots qui font vendre l’image de votre client, qui suscitent une réaction spécifique de la part de ces deniers. Quand il s’agit de faire réagir les gens, le copywriting s’invite dans le game sans votre permission.

L’inventaire terminé, donnez-vous le temps d’acquérir ces compétences. Je ne connais qu’une seule recette pour remporter ce pari.

#3 – Se former

On ne le dira jamais assez. Un ghostwriter n’est pas un gar qui vient de nulle part pour s’autoproclamer.

A moins que votre objectif soit de vous faire regretter à chaque sollicitation d’un client.

La formation du ghostwriter est avant tout une formation copywriting. Parce que là, vous apprenez la rédaction web persuasive, la psychologie humaine, et les techniques pour faire réagir n’importe que lecteur. 

Pour paraphraser Selim Neidherhoffer, avec les mots de tout le monde, vous écrirez comme personne.

La formation du ghostwriter, c’est également les livres du copywriting, du storytelling, du marketing sur les réseaux, de la publicité … Et par extension tout type de ressources qui vous aiguille vers le succès.

Une formation fait son job. Elle vous donne les outils, les stratégies, les techniques d’un bon Ghost Writer.

Le problème : ces connaissances restent théoriques si vous ne vous mettez pas en situation, si vous ne pratiquez pas.

#4 – Pratiquer, pratiquer, pratiquer

La pratique fait partie du processus de formation. J’ai créé une étape particulière parce qu’elle cache la magie de la réussite du Ghost Writer.

Imaginez ceci : vous apprenez tout le contour du métier de Ghost Writer. Vous vous êtes gavé de la théorie pour produire un meilleur script vidéo. Vous maîtrisez la technique pour rechercher des clients sur LinkedIn pour proposer votre prestation.

Et pour terminer, vous fermez les bras. Vous attendez que l’argent frappe à votre porte.

En restant dans cette position, vous gagnez combien ?

A moins de me planter, c’est zéro, nada.

Maintenant voyons la chose d’un autre point de vue.

En plus des connaissances théoriques, vous appliquez la technique pour trouver des clients, vous rédigez des posts qui apportent de la valeur à votre cible, vous créez des conversations … Disons que même sans un client signé, vous utilisez la connaissance pour votre propre marketing.

Sans vous demander de trancher, vous savez que la deuxième approche vous mène rapidement vers votre objectif.

Parce que je vois mal un dirigeant signer avec un ghostwriter qui vient avec des belles théories sans contenu à lui montrer.

Une astuce de pro en Ghost Writer c’est “Show, don’t Tell”. Parce que le fait de raconter fait penser à du baratin de bas étape, digne d’aucune considération.

Bon, j’arrête de vous engueuler sur la pratique.

Et je résume comme suit : là où la formation vous donne de la connaissance, la pratique vous rend compétent.

Entamons la dernière étape pour terminer. 

#5 – Décrocher votre première mission de Ghostwriting 

Savoir se vendre en tant que ghostwriter freelance rentre parmi les challenges du débutant.

Parce que en tant que tel, vous tombez dans le même piège que la quasi-totalité : vous croyez à un hack x pour trouver des clients dès la semaine prochaine.

Si quelqu’un vous raconte un tel truc, alors il ne vous respecte pas. Parce que des telles choses n’existent.

Les bonnes pratiques pour trouver des clients existent depuis des décennies.

La bonne nouvelle : ces stratégies fonctionnent de manière impeccable jusqu’à aujourd’hui.

Et la mauvaise nouvelle : cela vous prend du temps et d’efforts avant de signer votre premier client.

Mais celui qui s’adonne à ce dernier exercice sortira gagnant.

Voici 3 canaux pour trouver des clients pour vendre du ghostwriting.

Un : Votre Profil LinkedIn. Parce que les dirigeants des entreprises se retrouvent sur ce réseau social. Pour sortir du lot sur ce réseau social, réalisez ces 2 actions préalables en plus de créer du contenu sur votre compte :

Deux : les plateformes de freelancing comme comeup (ancien 5euros.com), upwork…

Trois ; créer un site d’autorité puis le positionner sur Google. Parce que certains dirigeants des entreprises saisissent la requête “ghost writer freelance” sur Google.

Pour terminer …

Notez : ces 5 étapes constituent le fil indien. Décider de la suivre signifie épouser l’idée de passer de zéro à un ghost writer qui gagne sa vie grâce à cette compétence.

Une dernière chose : dites-moi en commentaire, à quel niveau vous bloquez pour lancer votre métier de Ghost Writer

Cela me permettra d’enrichir cet article grâce aux inputs des lecteurs de ce blog.

Partager

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *